La vie en rose (4 coups de cœur gourmands à Wellington) 1/4

Mini-beignet à la framboise (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)
Mini-beignet à la framboise (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)

Dimanche soir. La lumière décline lentement, une brise fraîche s’infiltre par les fenêtres ouvertes du salon, une tasse de tisane fume sur la table. Dehors, les voisins se sont installés sous l’amandier déjà bien vert pour savourer un thé et des oranges . Il y a dans l’air une douceur réconfortante. Une douceur qui me ferait presque oublier à quel point… j’ai hâte de ficher le camp de Wellington.

Désolée, « petite capitale la plus cool au monde »! Mais ce n’est pas toi, c’est moi. Enfin, c’est un peu toi quand même aussi… 

Disons que malgré les nombreux atouts de cette merveilleuse petite ville, nous avons rencontré pas mal de mésaventures qui nous ont empêché de réellement profiter de notre séjour ici. Eh oui, contrairement à ce que les blogues de hippies backpackers laissent à penser, la Nouvelle-Zélande, ce n’est pas tout rose (à moins d’avoir un compte en banque bien garni et un amour immodéré pour l’ultra-libéralisme).

En tout cas, pour moi, Wellington aura aussi été synonyme d’escroqueries en tout genre (hé non, l’arnaque au touriste n’est pas l’apanage de la petite madame vietnamienne derrière son stand de beignets, qu’on se le dise), de boulot ingrat, d’inégalités sociales criantes, d’incompréhensions linguistiques, de coût de la vie aberrant et ne me parlez même pas du climat (j’aimais la pluie et le vent, autrefois).

Mais verre à moitié plein, YOLO et miroir te revient sur toi, n’est-ce pas ?

Donc, à deux semaines de notre départ très attendu pour l’île du Sud, je préfère me souvenir des belles choses –comme disait l’autre. La promenade du front de mer, les arbres immenses et tortueux du Mont Victoria, les magnifiques vues sur la baie, les superbes randonnées dans et tout autour de la ville, sa tranquillité et son dynamisme, son épicurisme, sa propreté…

Et comme on est là pour parler de trucs qui se mangent, j’en profite pour partager un top 4 complètement subjectif de mes endroits fétiches. La liste pourrait être encore longue, mais pour le reste il y a les guides touristiques (et n’oublions pas le fameux coût de la vie, grâce auquel en partie on est allègrement passés sous le seuil de pauvreté, ce qui est tout aussi risqué mais beaucoup moins marrant que de passer sous la barre enflammée de la danse du Limbo).

Des petits oasis dans un quotidien souvent embué de grisaille (littéralement, ça c’est l’effet des averses incessantes sur les carreaux d’une baraque mal isolée). Des refuges au cœur de la ville où s’offrir des luxes minuscules, et qui permettent de continuer à voir la vie en rose.

Pour prendre le temps de savourer chaque lieu (lire: c’était trop long à écrire en une seule fois), ce billet sera en 4 parties. Aujourd’hui donc, coup de cœur numéro 1 :

  1. Tomboy (café/pâtisserie/petit-déjeuner/salon de thé)
Le fameux latte rose végane (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)
Le fameux latte rose végane (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)

C’est ma douce ex-collègue Amélie qui m’a tout d’abord refilé ce tuyau en or (rose bonbon) : une de ses clientes venait d’ouvrir un petit café sur Majoribanks, nommé « Tomboy » en clin d’œil à son petit garçon et par contraste avec l’univers tout rose et très girlie de la déco et des pâtisseries, elle y servait paraît-il un latte rose végane. J’y suis allée intriguée par ce dernier et n’ai pas été déçue. Attention, rien n’est affiché alors si vous voulez y goûter, n’hésitez pas à le demander, c’est une sorte d’item secret 🙂

L’endroit est minuscule : une seule longue table ornée de fleurs et feuillages frais et flanquée de chaises et fauteuils aussi dépareillés que charmants, un mur de briques nues illuminé d’une guirlande toute simple, quelques objets de décoration désuets et ravissants.

Derrière le comptoir où gourmandises sucrées et salées rivalisent de beauté, s’affaire la proprio, Katie, une femme absolument adorable en plus d’être une pâtissière autodidacte de talent.

Du roulé aux épinards, pistaches et feta aux mini-cakes citron-framboise sans gluten, en passant par le fameux latte (sans caféine, il contient du lait d’amandes, du sucre de coco, des épices et de la betterave: inattendu, délicieux et réjouissant), tout est délicat, fin, inventif, parfait.

Un endroit idéal pour venir trouver l’inspiration seul ou papoter entre amis.

Tomboy cakery

21, Majoribanks Street, Mount Victoria, Wellington 6011

Ouvert du mardi au samedi de 7h30 à 14h00

Mini-cake sans gluten citron-framboise (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)
Mini-cake sans gluten citron-framboise (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)

One Comment

  1. Pingback: Coups de cœur gourmands à Wellington, suite et fin | Alma Mat(t)ers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *