À propos

Yeza’Art blog

Almus  : en latin,  nourricier

Mater : en latin, « mère »

Alma mater : mère nourricière, terre nourricière

To matter : en anglais, compter; importer; avoir de l’importance

« Almamatters » donc, parce que nous aimons les jeux de mots astucieux et frimer en latin. Mais aussi pour rendre hommage à la source de toute vie (non, ce n’est pas le frigo) : la nature et son abondance, celles et ceux qui récoltent, partagent et préparent les aliments -et toutes les histoires qui en découlent.

À notre époque et dans notre société, la nourriture se vend sous emballage anonyme, s’engloutit solitairement devant un écran et se jette par tonnes, comme si elle ne signifiait rien. L’acte de manger est trop souvent considéré comme trivial et la cuisine, à l’inverse, comme un luxe réservé aux nantis, une activité esthétique de foodistas.

Qu’est-ce qu’on vous saoule alors à créer un énième blogue de bouffe ?

Nous voulons (très) simplement parler un peu du sens humain, social et environnemental que l’on donne à la nourriture. Rappeler que le bien manger devrait être une joie accessible à tous, et la bonne cuisine une expérience à la fois quotidienne et extraordinaire, qui nous lie à notre environnement, à nos émotions, aux autres. Chaque repas, chaque aliment raconte une histoire, belle ou triste : un souvenir d’enfance, une empreinte culturelle, un combat avec soi-même, un manque de temps ou d’argent, une conviction. Nous pensons que même les macaronis trop cuits ont quelque chose d’intéressant à raconter. Et que même les haricots en conserve méritent d’avoir un nom.

Il y aura donc ici quelques recettes, des portraits, des réflexions et des histoires, notre avis (plus ou moins éloquent) sur une foule de sujets et moult photos maladroites.

Vous avez une question, une suggestion, quelque chose à partager ? N’hésitez pas à nous contacter à alma.matters@outlook.com ou à laisser un commentaire.

 

Qui sommes-nous ?

Une Belge et une Réunionnaise vivant à Montréal. Nous partageons une passion pour la cuisine conviviale, l’humour graveleux et les sujets tabous.

LOLO

Lolo en rêve (Pamela Hanson pour Vanity Fair Italia 09)

Lolo aime les patates et parler de sexe quand personne ne lui a rien demandé. Elle importe du reblochon illégalement et cuisine de la tartiflette en été. Sa soif d’apprendre pathologique combinée à son côté cheap font d’elle la meilleure source de bons plans et d’informations gastronomiques en ville (voire de tout l’univers). Sa nature médisante l’aide à avoir un esprit critique acéré. Elle est très généreuse, drôle et pleine de volonté. Mais elle est chiante parce qu’elle ne suit jamais les conseils de restau qu’on lui donne, et elle met un point d’honneur à ne pas aimer ceux qu’elle n’a pas découvert en premier. Elle a de gros seins, et elle fait d’excellents cannelés au lait d’amande.

 


XUXU

Xuxu (et son goût affirmé pour la mode)
Xuxu (et son goût affirmé pour la mode)

« Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger » : Xuxu déteste cette citation. Elle la trouve snob, élitiste et se sent personnellement visée. Surnommée « le carnivore » et « Ministre des bouffe-tout » dans sa tendre enfance (surnoms partagés avec le chat de la famille), elle a pris sa revanche en épousant le flexitarisme à l’âge adulte. Aspirante végétalienne depuis des années, elle a créé quantité de (3 ou 4) plats métissés créolo-vietnamo-granolas. Hélas, elle a souvent trop « la flemme » de suivre ses propres recettes et tendance à oublier les plats dans le four, mais les mange quand même pour pas gaspiller. Elle aime les mangues, le riz coco et se moquer de la Mer du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *