Des baklavas contre l’évasion fiscale

Non content de mettre trop de glucose dans votre café, les chaînes multinationales à la Starbucks sont les championnes des paradis fiscaux. Comment ça marche ?

Eh bien, tous ces dollars grassement payés par les consommateurs, au lieu de les reverser à l’État en payant dûment leurs impôts (ce qui permettrait de les réinvestir dans des bricoles comme l’éducation ou la santé), elles les expédient aux Îles Caïman[1] afin d’en garder le maximum pour elles. En somme, on leur donne nos sous, notre espace, un bout de notre paysage, notre amour et notre confiance et en retour, elles ne nous filent absolument rien –à part du diabète et des maladies coronariennes.

Alors qu’est-ce qu’on fait ? Déjà on peut aller voter en conséquence le 19 octobre, pour les Canadiens. Et sinon, on peut aussi consommer éthique, en privilégiant au maximum les petits commerces de quartier et les entreprises locales.

Cette introduction habile me permet de vous présenter quelques commerces de mon merveilleux quartier montréalais, Villeray, découverts pour la plupart lors d’une virée écologique et militante (= à la buanderie).

Poussée par ma conscience environnementale (et par l’absence d’entrée laveuse-sécheuse dans mon appartement), je n’ai pas fait de lessive pendant plus d’un mois. Je vous épargne les détails mais au bout d’un moment, même les plus grands câlineurs d’arbres apprécient certains plaisirs simples de la vie, comme porter des culottes propres ou autre chose que la même chemise tachée de sauce à spag’ pendant deux semaines d’affilée (en fait je ne vous ai pas tellement épargné les détails.) Armée de ma lessive et de mon assouplissant écolo, j’ai donc marché d’un pas vaillant vers la délicieuse buanderie Maysun de la rue Castelnau, avec son atmosphère brumeuse et son odeur de piscine surchauffée.

Pendant que le linge tournait, j’en ai profité pour explorer le commerce attenant qui me faisait de l’œil avec sa vitrine charmante et ses parfums hospitaliers : Crackpot.

  1. Crackpot – Plats mijotés & magasin général

Ouverte le 18 avril dernier, cette adorable boutique/traiteur offre aussi quelques sièges pour grignoter sur place. Derrière les fourneaux, Lyne et Louis mitonnent des petits plats traditionnels et réconfortants (lasagnes, moussakas, quiches et pâtés, porc effiloché…) ainsi que des sandwiches gourmands. Toute une gamme d’excellents produits artisanaux faits au Québec est aussi proposée, des épices aux cosmétiques en passant par le cola bio au sirop d’érable. Et comme le propriétaire est très gentil, il vous expliquera tout en détails si vous lui demandez. Il vous laissera même hésiter pendant vingt-deux minutes face à la vitrine sans vous faire les gros yeux ni vous presser.

Finalement, j’ai cédé à la tentation et opté pour le pâté au poulet. Simple, plein de légumes et manifestement préparé à partir de produits de qualité, il était absolument délicieux et réconfortant. La pâte feuilletée croustillante à souhait, la garniture fondante et consistante… Je l’ai dégusté sur un lit de vêtements mal séchés sur mon balcon (meilleur pour la planète, et j’avais cramé mon budget sécheuse.)

Le truc en + : La gentillesse de l’accueil et du service, l’excellent rapport qualité-prix, l’accent mis sur les produits du terroir et l’artisanat local de qualité, la très bonne cuisine familiale à base de produits frais, le local invitant et bien aménagé.

Le truc en – : Le manque d’option végéta*iennes. Dommage que réconfort rime encore beaucoup avec « viandeux ». Pourtant, nul doute que ces cuisiniers de talent sauraient nous réchauffer avec de bons petits plats mijotés végétaux!

Crackpot

232 rue de Castelnau E

https://www.facebook.com/mijotescrackpot

 Un peu plus tard, en quête d’une simple brioche, je me suis aventurée sur la rue Villeray. Bon en réalité je cherchais seulement un prétexte pour enfin entrer chez

  1. Melles Gâteaux – Pâtisseries & gourmandises

Avec sa vitrine de conte de fées, cette pâtisserie et « traiteur sucré » vend –littéralement- du rêve. Entre les grands classiques (cookies, cake pops, cupcakes, etc.) et les friandises saisonnières, comme les entremets aux pommes ou à la citrouille, vous ne saurez plus où donner de la tête. Ce qui n’arrangera rien au dilemme, c’est que la chef pâtissière Isabelle Leroux vous présentera spontanément ses œuvres et leur composition, avec un beau sourire qu’elle ne perdra même pas lorsque vous choisirez finalement la douceur la moins chère du magasin (une boule gâteau aux carottes, noix de Grenoble et chocolat : moelleuse à souhait et très goûteuse). Un endroit où je retournerai certainement lorsque mon budget me le permettra, et que je conseillerais sans hésiter aux amoureux du sucre et des produits raffinés. Notez qu’elles proposent aussi un alléchant service de gâteaux sur mesure; si vous l’essayez, n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience.

Le truc en + : Le professionnalisme de l’accueil et du service, le raffinement et la qualité des pâtisseries, la diversité des produits et des services proposés, la joliesse de l’endroit et des gâteaux.

Le truc en – : Elles ne font pas de brioches 😉

Melles Gâteaux

363 rue Villeray

http://www.mllesgateaux.com/

N’ayant toujours pas trouvé cette fameuse brioche, je me suis donc résolue à entrer juste à côté, chez :

  1. Pâtisserie Villeray Baklawa/Baklava Café

« Résolue » car, bêtement, sa devanture (sobrissime) ne m’ayant jamais dit rien qui vaille, j’étais déjà passée de nombreuses fois devant cette fameuse boulangerie du quartier sans songer y entrer. Mais même les gens superficiels ont droit à une seconde chance. Sitôt entrée, j’ai été happée par l’amabilité du charmant jeune homme derrière la vitrine, muni d’une arme de séduction massive : un plateau d’échantillons de baklavas à goûter. Toujours aucune brioche en poche mais trois baklavas non prévus à mon budget plus tard, je suis donc ressortie enchantée de cette visite-éclair. Outre un milliard de variétés somptueuses de baklavas, l’endroit vend aussi des petits plats salés syriens et libanais, des smoothies, des jus frais et du café.

Le truc en + : Les « spéciaux » réguliers où un produit précis (bouchées orientales, cafés…) est à 1$ toute la journée; le service souriant et adorable; la diversité des baklavas et leur finesse; le bon rapport qualité-prix.

Le truc en – : La devanture qui ne rend pas vraiment justice au charme réel du lieu mais bon, ça éloigne les clients superficiels comme moi. Mea culpa.

Pâtisserie Villeray Baklawa/Baklava Café

373 rue Villeray

https://www.facebook.com/PatisserieVillerayCafe

Finalement, je suis retournée à ma boulangerie préférée, le seul et unique :

  1. Le pain dans les voiles

Cet établissement a pignon sur rue dans Villeray, et pas seulement parce que sa baguette a été élue la meilleure de Montréal. Leur pain du peuple (mélange de blé entier et de seigle, disponible aussi en format familial géant) accompagne à merveille les soupes d’automne, leurs sandwiches sont inventifs et délicieux, leurs pizzas originales et savoureuses. Une boulangerie à la fois simple et rigoureuse, qui respire l’amour du travail bien fait, le respect du client et les belles valeurs communautaires. Pour en savoir un peu plus sur l’histoire des deux artisans qui l’ont fondée, rendez-vous sur leur site.

Quant à leurs petites brioches, elles sont dorées, honnêtes et pourvues d’une mie filante à souhait, en plus de ne coûter qu’ 1,75$ pièce.

Mais savez-vous ce qui donne encore meilleur goût à cette brioche ?

Lorsque j’en ai acheté pour la première fois, j’ai hésité une éternité devant la vitrine, à compter et recompter ma monnaie et à lorgner sur les madeleines au chocolat. Je devais aussi avoir une mine déprimée. J’ai finalement payé ma petite brioche et suis rentrée chez moi, encore un peu morose. Mais en sortant le sac en papier du panier de mon vélo, qu’ai-je vu ? Sous la brioche, une madeleine au chocolat avait été discrètement glissée. Elle était cent mille fois meilleure que toutes les madeleines de Proust au monde.

Ps : J’ai hésité à partager cette anecdote pour plein de raisons. Amis clients fauchés et déprimés, ne vous attendez pas non plus à vous faire offrir des friandises à tour de bras : la bonté c’est aussi chouette quand c’est inattendu et spontané.

Ps2 : Amis dumpster-divers, les propriétaires sont vraiment cool, faites attention à laisser les poubelles du Pain dans les Voiles dans l’état dans lequel vous les avez trouvées.

Le Pain dans les voiles

http://lepaindanslesvoiles.com/

357 rue de Castelnau Est

[1]Ok, peut-être pas aux Îles Caïman exactement, mais avouez que ça sonne bien.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :