Nourritures spirituelles

Coups de cœur #5

Cette semaine, notre quinté gagnant est hétéroclite. Coups de cœur littéraires, télévisuels, alimentaires (ouais, « coup de cœur alimentaire », c’est moche comme expression)… Petit résumé de nos dernières trouvailles.

  1. L’écrivain: Isabel Allende

Comment ai-je pu vivre toutes ces années sans découvrir la fabuleuse conteuse chilienne Isabel Allende?

Ses livres sont remplis de vérités crues et d’esprits évanescents, de couleurs et de chagrins, de sensualité, de résilience. Elle y évoque parfois des mets intrigants: soupe aux lentilles et saucisson, pichets de vin blanc où flottent des abricots, volailles triomphantes des tablées familiales, galettes préparées avec dévotion par une Granny qui sent la confiture de prunes…

Et après avoir dévoré Eva Luna et Paula, je découvre avec bonheur qu’elle a écrit Aphrodite: contes, recettes et autres aphrodisiaques. Elle y dévoile notamment sa recette de « soupe de réconciliation » spéciale couples et y raconte une tentative de séduction d’un galant à base d’omelette à la fausse truffe…

Objet très probable d’un prochain billet!

2. La série: Sense8

Je juge les gens selon leur attitude envers les animaux et la nourriture. (C’est une très mauvaise idée, car de nombreux personnages peu recommandables de l’Histoire étaient de fins gourmets doublés de pépères à chien-chien. Mais c’est plus fort que moi.) Il en va de même pour certaines œuvres: j’aime y déceler la gourmandise de l’auteur, surtout lorsqu’elle se glisse discrètement dans une intrigue qui n’a rien à voir avec la bouffe.

Dans la série Sense8, chef d’oeuvre des sœurs Wachowski (Matrix, Cloud Atlas, tout ça), huit êtres humains à travers le globe se découvrent un jour mystérieusement liés, chacun éprouvant les sensations (et bénéficiant des talents) des autres. On est loin des plaisirs de la table, mais les deux saisons sont une merveille.

Ceci dit, on peut y voir entre autres Lito, l’acteur mexicain sensible et un poil pleurnichard, préparer la fameuse frittata de sa mère lors d’un matin de fête. Ou Kala, la chimiste indienne, se délecter de la cuisine épicée de son père dans la chaleur de Mumbai. Ou encore Sun, la championne de kickboxing coréenne, savourer un bol de riz aux légumes fumant au petit-déjeuner.

3. L’idée avant-gardiste: Les petits pots… pour adultes

Vous leurrez pas. Ils goûtent tous la fucking même chose.

Terrassée par une angine qui s’éternise, je suis condamnée à me nourrir de purées, compotes et autres nourritures molles en attendant que mon amygdale droite (cette bitch) coopère. Je me suis donc trouvée hyper maline d’investir dans un stock de petits pots pour bébé: des repas bio, complets, sains (oui, les aliments pour bébés sont sans sel, cuits à la vapeur, blabla), diversifiés, aux quantités pré-déterminées et parfaites pour un appétit tristounet et une gorge malmenée.

Sauf que… ben en fait, les besoins d’une femme adulte et ceux d’un nourrisson sont pas tout à fait identiques (moi j’ai lu « + de 6 mois » sur l’emballage, je me suis dit c’est bon). Donc je crève la dalle, ce qui n’est pas surprenant vu la teneur calorique étonnamment faible de ces machins-là -franchement j’aurais jamais cru, étant donné que chaque pot contient en moyenne 874 légumes, céréales et protéines différents. D’ailleurs, il s’est bien trouvé en ce vaste monde un groupe d’âmes confuses pour renifler le filon et en faire un régime amaigrissant (non, je ne mettrai pas le lien).

Bref, c’est là qu’a surgi dans mon esprit embrumé l’idée du siècle: pourquoi ne pas créer des petits pots… pour adultes? Sur le même principe que les petits pots pour bébés, mais adaptés aux besoins nutritionnels des gens qui ont vachement plus que 6 mois. Parfait pour les victimes de l’angine et autres maux de gorge relous, les fraîchement opérés de la mâchoire, ceux qui ont pas de dents et la flemme de se faire une purée ou un smoothie…

Affaire à suivre!

4. La recette: Le soleil en pâte feuilletée

Crédit photo: mon oncle F., un des derniers irréductibles à encore prendre des photos (floues) avec la date et l’heure.

La canicule souffle son haleine fétide sur une bonne partie du globe, et personne n’a envie de s’approcher d’un four à moins de cinq mètres. Mais quand ça se calmera, vengez-vous de ce petit enfoiré de soleil en le dégustant.

La recette n’a rien de nouveau, mais elle est parfaite pour les apéros estivaux, hyper jolie et ludique, et déclinable à l’infini: Il suffit de prendre 2 rouleaux de pâte feuilletée, de les fourrer de trucs bons (chèvre/pesto ou tapenade/jambon cru/tomates séchées/basilic/mozzarella/pousses d’épinards est une combinaison gagnante, mais allez-y selon l’inspiration et le frigo, 3 ingrédients suffisent), d’y découper une forme de soleil et d’en torsader les rayons, de badigeonner le tout de jaune d’œuf, 20 minutes au four et hop, le tour est joué.

5. L’initiative: Intégration Nutrition

Dernière initiative: une collection de livres sur les différentes cultures alimentaires « à l’autre goût du monde »

Marianne Lefebvre est une nutritionniste québécoise ultra-sympathique, hyper professionnelle et pleine de bonnes idées. Mon mauvais caractère m’empêche d’accepter l’idée qu’on me dise quoi manger, mais si quelqu’un devait le faire un jour, ce serait elle et personne d’autre.

Bref, elle a créé Intégration Nutrition, projet formidable qui vise à accompagner les nouveaux migrants au Canada dans leur adaptation aux coutumes alimentaires locales. Objectifs: santé, équilibre, respect et multiculturalité. Allez jeter un œil à son site (elle y partage recettes, articles, événements…) et lisez l’histoire savoureuse à l’origine de son idée 🙂 (Spoiler: Il y a une madame africaine qui met les conserves au congélo et ça se finit par une soupe à la chèvre mijotée)

 

You Might Also Like...

1 Comment

  • Reply
    Laurence
    juin 24, 2017 at 7:37

    Tu me laisses sur ma faim et ma curiosité ;-). Je veux cette recette de « soupe de réconciliation » !

Leave a Reply