Coups de cœur #4

Quoi de mieux pour débuter votre fin de semaine que la lecture de nos coups de cœur hebdomadaire (en toute modestie bien entendu).

Est-ce la fin de la tendance FoodTech ?

Dans cet article, on s’interroge sur l’avenir du marché de la FoodTech à la suite des récentes fermetures après dépôts de bilan de start-ups telles que Take Eat Easy et Tok Tok Tok spécialisées dans la livraison de repas à domicile. Les auteurs nous expliquent les raisons pour lesquelles ces entreprises rencontrent de nombreux problèmes pour s’établir et ce, nonobstant un changement des attentes des consommateurs vers ces nouvelles tendances.

Yuka, l’application mobile [gratuite] qui évalue la qualité des aliments sur votre santé par leur étiquette

J’ai découvert Yuka en lisant un article du Sciences et Avenir. Cette application indépendante permettrait de classer rapidement les aliments selon leur impact sur notre santé en fonction de 3 critères en ordre d’importance : la qualité nutritionnelle (60 %), les additifs (20 %) et la dimension biologique (10%). Les informations sont obtenues en scannant le code barre des produits. Les indices les plus intéressants sont : les recommandations pour des produits de meilleure qualité lorsque nous scannons des produits médiocres ou mauvais pour la santé, l’évaluation de chaque produit sur une fiche reprenant les détails de sa composition et enfin, un classement par catégorie des meilleurs produits bénéfiques pour la santé.

Un point sur les protéines en poudre (en anglais)

Je ne consomme pas de protéines en poudre et je n’en ai à vrai dire jamais achetées. Afin d’assouvir la curiosité de mon père (ou la mienne), j’ai demandé à mon père de servir de cobaye lors d’un séjour à New York. Ma force de persuasion associée aux arguments avancés par le vendeur bodybuilder, aux airs de Gérard des filles d’à côté, dans un magasin sans charme aux étagères bondées de gros récipients en plastique contenant des poudres aux mille vertus, ont eu raison de son scepticisme. Scepticisme qui ne dura que peu car finalement mon père voulut seulement acheter une petite bouteille (la plus petite) tout en raflant à sa sortie tous les échantillons gratuits possibles. Pour la petite histoire, mon père n’a jamais ingurgité cette poudre (rebaptisé « truc dégueulasse d’Amerloques ») à son retour en Belgique et le pot traîne toujours dans l’armoire. Bref, la déesse du fitness, Kayla, fait le point dessus.

Un petit peu de frivolité en cuisine

Cet été vous avez sûrement vu sur la toile la brioche léopard  ou le gâteau invisible. Tous deux paraissent être insipides et mériteraient de figurer parmi les échecs de Pinterest. Tel un mouton de Panurge, je n’ai pu résister à cette mode. Ils seront donc au programme de ma semaine.

La vie en rose (4 coups de cœur gourmands à Wellington) 1/4

Mini-beignet à la framboise (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)
Mini-beignet à la framboise (Crédit photo: Xuxu/Almamat(t)ers)

Dimanche soir. La lumière décline lentement, une brise fraîche s’infiltre par les fenêtres ouvertes du salon, une tasse de tisane fume sur la table. Dehors, les voisins se sont installés sous l’amandier déjà bien vert pour savourer un thé et des oranges . Il y a dans l’air une douceur réconfortante. Une douceur qui me ferait presque oublier à quel point… j’ai hâte de ficher le camp de Wellington.

Désolée, « petite capitale la plus cool au monde »! Mais ce n’est pas toi, c’est moi. Enfin, c’est un peu toi quand même aussi… Continue reading

Viva la vida – Frida Kahlo

 

Il y a une semaine, le glas de la fin de mon été a sonné avec la reprise des cours et les horaires de folie. Voici une des toiles qui incarne tout autant les longues journées d’été, les caresses brûlantes du soleil sur la peau que l’aptitude à pouvoir surmonter les obstacles de la vie.

Cette nature morte est célèbre car elle serait la dernière toile peinte par Frida Kahlo – 8 jours avant son décès le 13 juillet 1954. Bien qu’une polémique subsiste quant à la date exacte d’exécution de la toile, l’inscription « Viva la Vida » écrite sur son lit de mort en rouge sang apporte à cette toile toute sa puissance. Ce fruit devient dès lors le symbole de la célébration de la vie.

« Pourquoi voudrais-je des pieds puisque j’ai des ailes pour voler ?

slide_412948_5218132_free

Frida Kahlo accompagnée de Chavela Vargas, 1945. Photo de Nicolas Muray. Courtesy Throckmorton Fine Art, New York.

 

 

Save

Save

Save

Save

Save

11 produits à ramener du Québec


Source : « Oh, Canada » de 

Quand vient le moment de retourner dans sa mère patrie se pose la sempiternelle question que ramener du Quebec pour faire plaisir à ses proches. Nous vous avons concocté une liste reprenant nos produits préférés.

  1. Des condoms à l’érable. Ne fermez pas la fenêtre web, c’était une petite blagounette. On disait donc du sirop d’érable en cannes/conserves et tous les autres produits dérivés de l’érable bien sûr : sucre, beurre, tisanes, bonbons, whisky Sortilège, etc. ou aux pommes feront l’affaire. Vous trouverez les cannes à l’épicerie, au marché des saveurs ou au marché Jean-Talon auprès des marchands de fruits et légumes. Les cannes y sont moins chères. Cet été,  par exemple, elles coûtaient 20 $ pour 3. (Le bon plan de Xuxu : au supermarché PA du centre-ville, on peut trouver des cannes de sirop d’érable « foncé » à très bon prix. Oui oui, il est plus foncé que l’ambré quoi que vous en diront les autres marchands!).
  2. Du concentré de canneberge (pas du jus afin de maximiser l’espace dans vos valises ) et des canneberges séchées – au marché Jean-Talon auprès des marchands de fruits et légumes. Xuxu propose aussi des bleuets séchés et/ou enrobés de chocolat si vous n’aimez pas les canneberges. La marque Brookside dans les épiceries en propose pour un cadeau pas très onéreux.
  3. Du jerky de viande ou de saumon – au marché des saveurs. Pour les végéta*iens ou tout simplement les amateurs de nutrition, un produit végane/santé/écolo un peu plus difficile à trouver hors de Montréal, ce paradis des câlineurs d’arbres, Xuxu pense à un fauxmage de Byrdsheese ou une charcuterie de chez Gusta par exemple. Allez faire un tour chez Rachelle Béry si vous êtes en manque d’inspiration ! Xuxu aime rapporter des produits Vega pour le sport, des compléments alimentaires ou des graines de chia, qui coûtent un mois de loyer ailleurs.
  4. De la bière : La fin de monde (Unibroue), La saison du tracteur (Le trou du diable), La pitoune (Le trou du diable), La buteuse (Le trou du diable), ma préférée, Saison Rustique (Brasserie Dunham), Gros Mollet* (Microbrasserrie du Lac-Saint-Jean), La rosée d’hibiscus (Dieu du ciel) – à l’épicerie, dans les dépanneurs de bières, au marché des saveurs. Pour Xuxu, rien ne vaut une Route des épices (Dieu du ciel), une bonne Blanche de Chambly (Unibroue) bien sûr, ou encore une Saint-Ambroise à l’abricot [personnellement, je ne trouve pas cette dernière transcendante. En Belgique, les bières aux fruits sont bien meilleures 😛 ]
  5. Du cidre et du vin de glace qui, contrairement au vin, supportent très bien les longs voyages en avion. Faites-en provision lors du Salon des métiers d’art du Québec en décembre, demandez conseil au Marché des Saveurs de Jean-Talon ou faites-le tour des vergers 🙂 Autres options : du cidre et vin de poire (exquis), de l’hydromel de bleuets, de la Gélinotte (alcool d’érable).
  6. De la confiture de fruits sauvages du Québec tels  que l’argousier ou l’amélanche – au marché des saveurs.
  7. Du chocolat aux bleuets et/ou à l’érable de la Chocomotive, meilleure chocolaterie de l’univers.
  8. Des tisanes inuites de Délice Boréal, thé du Labrador ou tout autre mélange autochtone.
  9. Un mélange d’épices à steak de bonne qualité tel le rub de Montréal de Épices de cru.
  10. Des sachets de mélange à sauce à poutine.
  11. Du fromage en grains du jour si votre voyage est court.

Save

Save

Travail, pause déjeuner et autres curiosités

Dis-moi comment tu manges le midi, je te dirai qui tu ton entreprise est.

Derrière cette formule d’une platitude inouïe, se cache tout un univers sociologique aussi fascinant que peu exploré.

Où mangent les travailleurs ? Avec qui ? En combien de temps ? Et bien sûr, que mangent-ils ?

Les habitudes alimentaires des salariés (celles de nos collègues comme celles d’inconnus à travers le monde) piquent ma curiosité au plus haut point. Fait assez paradoxal vu que la cantine/cafétéria/cuisine d’entreprise a toujours représenté à mes yeux quelque chose comme l’antichambre de la dépression nerveuse.Continue reading

Coups de cœur #2

Deux recettes à tester cette semaine :

  • Le glaçage vegan au cream cheese, ici
  • Le pain Batboute, petit pain maghrébin à la semoule

Un site où flâner :

Deux livres à découvrir :

  • But I could never be vegan de Kristy Turner et son blogue Keepin’ It Kind
  • Frida’s Fiestas: Recipes and Reminiscences of Life with Frida Kahlo, la version originale espagnole s’intitulant Las fiestas de Diego y Frida (Diego ayant été omis dans l’édition américaine), écrit par la fille de Diego Riviera et de Lupe Marin, Guadalupe Rivera. Ce livre de recettes compile une centaine de plats traditionnels mexicains appréciés par le couple. Ils sont répertoriés en fonction des différents mois de l’année en correspondant aux différentes fêtes mexicaines. Une recette de Mole Poblano, sauce « molle » à napper sur des morceaux de dinde ou de poulet, est disponible également sur le site du Museo Frida Kahlo.

8 produits à ramener de la Réunion

C’est l’hiver en Nouvelle-Zélande et des pluies glaciales arrosent régulièrement Wellington, accompagnées de vents polaires dignes d’un temps cyclonique.  L’autre jour, en contemplant l’averse de grêle qui s’abattait sur nos carreaux, j’ai pensé avec nostalgie à la douceur des hivers réunionnais. A mon oncle qui, dès que le mercure descend en dessous de 22 degrés, sort son bonnet et son gros pull pour faire la sieste sur la terrasse. Et aux petits chanceux qui en ce moment même font leurs valises pour passer les vacances dans l’Océan indien. Continue reading

Virée au mont Mansfield (Vermont)

Xuxu et moi, nous adoooorons Montréal. Mais malgré sa quiétude, il est parfois difficile de ne pas s’y sentir étouffer particulièrement compte tenu des grands espaces qui l’entourent. Durant la semaine, j’aspire souvent aux prémices des forêts des Laurentides, à l’odeur du pin gris de l’Abitibi ou à la mignotitude et aux sommets du Vermont. Il n’est pas toujours évident de mettre en pratique ses envies, alors j’essaie de nous organiser, durant la fin de semaine, des virées de 12 heures à l’extérieur de Montréal. Pourquoi douze heures ? Parce qu’on peut se réveiller sans mettre de réveil, éviter les frais supplémentaires d’une nuit et profiter du lendemain pour faire les choses qu’on laisse traîner toutes la semaine.

Voici donc la première escapade : le mont Mansfield au Vermont.Continue reading

La cueillette des bleuets

_DSC2507

Aujourd’hui, nous avons envie de vous emmener à la cueillette des bleuets.

Attention chers Européens, le bleuet n’est pas une myrtille obèse. Bien que tous deux appartiennent au genre des vacciniums, il ne s’agit pas du même fruit. Aviez-vous remarqué que la chaire du bleue est blanche et non bleue comme celle de la myrtille ? Le bleuet est originaire d’Amérique du Nord et la myrtille d’Eurasie et de la côte ouest de l’Amérique du Nord.Continue reading